04 avril 2024|Formations

Binational English Programme France-Hongkong (BEPHK)

L’ouverture vers l’Asie au cœur du développement international

Sciences Po Bordeaux et l’Université Baptist de Hong Kong proposent depuis 2020-2021 une formation qui débouche sur un double diplôme en sciences politiques et sociales. Les deux premières années d’études se déroulent dans la mégapole du sud-est de la Chine. Présentation d’un programme immersif en phase avec la dimension internationale de l’école qui s’ouvre désormais à l’Asie.
The Shaw Campus

Plus de 10 000 kilomètres séparent Sciences Po Bordeaux et la Hong Kong Baptist University. Pour autant, les deux établissements n’ont semblé aussi proches l’un de l’autre, comme l’atteste la présence pendant une dizaine de jours en mars, dans les locaux de l’école, d’un professeur associé de l’université asiatique, Martin Chung, professeur associé. Ce dernier a été invité en qualité de responsable de la formation intitulée Binational English Programme France-Hongkong (BEPHK) conçue et développée par l’Institut et cette université privée partenaire. Son programme réunit dans une même promotion à parité des étudiants bordelais et hongkongais. Il résulte des relations soutenues entre les deux établissements dont les premiers accords d’échange d’étudiants datent de 20131. La formation proprement dite et initiée par Dario Battistella2 a commencé à prendre forme à partir de 2017 avant l’ouverture de la première promotion en 2020-2021, en plein Covid. Lucile Martin, directrice des Relations Internationales de l’école, précise la finalité de ce programme rarissime à l’échelle des IEP de France. « L’ouverture internationale de Sciences Po Bordeaux dépasse depuis longtemps le cadre européen. La création d’un programme de formation débouchant sur un double diplôme avec une université partenaire à Hong Kong renforce cette dimension avec, à la clé, une ouverture vers l’Asie. Notre directeur Dominique Darbon est par ailleurs convaincu qu’il faut aussi s’internationaliser « de l’intérieur ». Ce principe consiste à développer à Bordeaux des cursus essentiellement ou en grande partie en langue anglaise, ce que cette formation propose et illustre parfaitement ».

Une formation doublement diplômante

Sciences Po Bordeaux et Baptist University ont réussi le tour de force de rendre compatible deux systèmes universitaires différents. À Bordeaux, la scolarité du premier cycle dure 3 ans suivie d’un second cycle de deux ans alors que celle qui débouche à Hong Kong sur un bachelor spécialisé en sciences sociales s’étale sur 4 ans. Mais là où il y a une volonté, il y a un chemin que les deux établissements ont trouvé. Concrètement, chaque promotion BEPHK passe ses deux premières années d’études à Hong Kong et la 3e année à Bordeaux. Tous les étudiants de la promo sont prioritaires pour s’inscrire ensuite en master à Sciences Po Bordeaux, obtenant ainsi in fine et conjointement une double diplomation. « L’intérêt de cette formation est double, tant par les deux diplômes obtenus que par une longue immersion dans le pays partenaire, ce qui permet d’ajouter à une formation en sciences sociales une expérience forte en matière de relations internationales » précise Anna-Maria Lecis Cocco Ortu3, responsable de ce programme pour Bordeaux. L’enseignante bordelaise - tout comme son alter ego Martin Chung de Hong Kong - met en exergue la pratique des langues étrangères et le bouillon de culture né de la rencontre avec des étudiants d’autres nationalités. « En Asie, nos étudiants suivent les cours en anglais et bénéficient en plus de cours de mandarin et de civilisation chinoise. En troisième année à Bordeaux, les étudiants de BEPHK sont rejoints par des étudiants romains de LUISS University pour une année scolaire totalement anglophone ». La formation ouvre de fait de belles perspectives professionnelles à ses bénéficiaires. « Les premiers diplômés sortiront en 2024-2025 et auront des opportunités d’emploi en Asie. Ils pourront prétendre aussi par leur acquis en sciences sociales sur deux continents et leur vécu international à des postes de gouvernance dans un environnement très internationalisé ».

Une formation attirante mais exigeante

Récente à l’échelle de l’école, la formation BEPHK est moins connue que d’autres. Elle séduit déjà pour autant un public post-bac avide d’ouverture internationale. « Le programme Binational English Programme France-Hongkong attire les élèves lorsqu’on la présente à l’occasion de salons étudiants sur l’orientation » confirme Lucile Martin. Avant d’ajouter dans un sourire que « les parents sont en revanche plus réticents à voir leur enfant partir deux ans à Hong Kong dès la sortie du bac ». Une attitude que l’on peut comprendre lorsqu’on sait que certains candidats sont encore mineurs. Pour autant, les parents d’élèves sont vite rassurés lorsque l’Institut détaille l’organisation mise en œuvre. Carol Lin a rejoint à ce titre Sciences Po Bordeaux comme chargée de mission Relations internationales. Elle s’occupe spécifiquement des programmes binationaux anglophones de l’école, dont ce programme BEPHK. Elle effectue un suivi constant avec les universités partenaires et les étudiants bordelais, sans parler bien évidemment de l’encadrement adapté et personnalisé sur place par Baptist University. Sur le plan logistique, les étudiants de Sciences Po Bordeaux peuvent obtenir une aide à la mobilité sur la base de critères sociaux. À Hong Kong, ils peuvent aussi bénéficier d’une chambre dans une résidence universitaire. Ils sont également assistés dans leur quotidien, de l’ouverture d’un compte bancaire à la gestion de formalités administratives si besoin. La formation – séduisante mais exigeante – a attiré pour l’année 2023-2024 80 candidatures pour 5 places seulement, soit 10 étudiants au total pour les deux universités. « Ce quota restrictif s’explique par la dimension spécifique du programme qui attire des candidats sinophiles. Ils ont une appétence forte pour la Chine et l’Asie et disposent pour la plupart d’une ouverture internationale, soit parce qu’ils ont baigné dans des environnements multiculturels, soit parce qu’ils ont déjà vécu à l’étranger » analyse Anna-Maria Lecis Cocco Ortu. « Les retours que nous avons des premières promotions sont très satisfaisants » poursuit l’intéressée, très à l’écoute des observations des élèves. « Nous sommes encore en phase d’ajustements afin de répondre quand cela est possible aux remarques des étudiants des deux établissements et en faisant toujours attention de trouver un équilibre entre les attentes des uns et les contraintes des autres ». En scellant un partenariat avec l’une des meilleures universités de Hong Kong, le service des Relations Internationales de l’école fait flotter au sein de Sciences Po Bordeaux un parfum d’Asie à la fois original et pertinent.

 1 La direction du service des Relations Internationales 

2 Enseignant à Sciences Po Bordeaux depuis 2002, Dario Battistella est également à l’origine de la création du premier Master en relations internationales d'expression anglaise crée en dehors de Paris, BIRD.

3 Maîtresse de conférences en Droit public, responsable par ailleurs d’un autre programme binational anglophone, le BEP-LUISS en partenariat avec l’université de Rome.

Photographie : The Shaw Campus 2016 - Wpcpey - CC BY-SA 4.0

 

Le contenu de la formation en bref
Pluridisciplinaire et généraliste en 1re année, la formation est suivie en 2e année d’une spécialisation en études chinoises ou en études internationales. Le programme couvre les différentes aires de la science politique : sociologie politique, institutions, relations internationales, etc. En matière d’aire géographique à la Baptist University, les études se concentrent sur la politique hongkongaise, la Chine continentale et la région Asie-Pacifique. La situation si particulière de Hong Kong constitue par ailleurs un terrain d’apprentissage rêvé pour les étudiants bordelais sur place tant sur le plan politique que sur le plan économique1.

1 La « région administrative spéciale de la République de Chine » a été le théâtre de répression politique (cf. les manifestations de 2019). Elle constitue par ailleurs l’un des plus importantes places financières du monde.

Interviews

Martin Chung : "Une opportunité européenne pour nos étudiants"

Présentez-nous l’Université Baptist de Hong Kong ?

Comme son nom l’indique, cette université possède des origines chrétiennes. Elle a été fondée par la Convention Baptiste de Hong Kong en 1956 en tant que collège puis elle est devenue en 1983 un établissement d’enseignement supérieur, avant d’obtenir le statut d’université en 1994. Elle compte 12 000 étudiants environ qui ont le choix d’un très large éventail de disciplines : arts, communication, sciences et technologies, médecine chinoise, sport… Je travaille au sein du département « Sciences Sociales ». À ce titre, en qualité de professeur associé du parcours Government and International Studies, je suis un des responsables pédagogiques de la formation BEPHK en partenariat étroit avec Sciences Po Bordeaux.

Qu’apporte cette formation à votre université et à ses étudiants ?

L’ancienne responsable du programme des études européennes qui a monté le partenariat entre BEPHK et Sciences Po Bordeaux souhaitait renforcer ce programme et le faire évoluer. Des liens se sont tissés avec votre Institut et il était très intéressant de proposer plus d’opportunités d’études en France, comme le programme le fait avec l’Allemagne. Cette formation renforce notre dimension internationale et constitue un facteur d’attractivité.

Est-ce à dire que cette formation attire fortement les étudiants hongkongais ?

Elle attire mais elle fait peur aussi ! Elle représente un défi puisqu’elle exige de maîtriser l’anglais et le français pour suivre leur scolarité afin d’être en capacité de valider depuis la France à la fois le bachelor hongkongais et le diplôme de Sciences Po Bordeaux. La charge de travail est donc importante. Il leur faut aussi être en capacité d’intégrer les approches pédagogiques et culturelles des deux pays. Voilà pourquoi nous effectuons une sélection afin de nous assurer que les candidats retenus pourront assumer cette expérience internationale, difficile mais très enrichissante. Nos étudiants sont très fiers de venir en France car ils se considèrent comme des ambassadeurs de notre université…

Comment vous assurez-vous de bien accueillir et encadrer les étudiants de Sciences Po Bordeaux au sein de votre université et, plus largement, faciliter leur intégration à Hong Kong ?

Les dispositifs sont semblables à ceux de Sciences Po Bordeaux pour l’accueil de nos étudiants avec un bureau international au sein de notre université rompu à l’exercice qui se charge de faciliter l’intégration des élèves. Le département organise par ailleurs des visites culturelles avec des guides en langue anglaise. Des programmes d’été en Chine continentale sont aussi mis en place en partenariat avec d’autres établissements pour offrir plus d’opportunités d’études de mandarin. Il existe aussi comme chez vous des associations multiples et variées qui facilitent les relations entre étudiants. Nous cherchons à les accompagner au maximum, tant sur la partie « enseignement » que sur la partie « temps libre ».

Quel regard portez-vous sur Sciences Po Bordeaux, vous qui avez passé deux semaines sur place pour parfaire avec l’Institut la formation BEPHK ?

J’observe que le niveau des étudiants est élevé et que votre Institut fait référence dans le domaine des sciences politiques et sociales. Pour nos étudiants, cette expérience et le diplôme Sciences Po Bordeaux sont des atouts pour leur CV. Ceux qui s’engagent dans cette formation ont le désir de quitter Hong Kong et venir vivre et travailler en Europe. Ce programme va les y aider grandement !

Angel Ka Hei HO, étudiante BEPHK : "J'ai enrichi ma vision du monde"

Pourquoi avez-vous opté pour cette formation ?

J’ai choisi cette formation pour trois raisons principales. Premièrement, c’est ma passion pour les questions internationales. Fascinée par les actualités internationales, j'ai pensé qu'étudier à Sciences Po Bordeaux me permettrait d'élargir mes horizons, d'approfondir mes connaissances de la situation internationale et d'avoir une compréhension globale des enjeux internationaux. Deuxièmement, après ma première année d'échange à Sciences Po Bordeaux, j'ai pensé que cette formation pourrait m'aider à développer des compétences analytiques et critiques pour analyser objectivement les problématiques de ce monde complexe.

Que retenez-vous de cette formation, tant sur le plan des connaissances que sur l’expérience de vie ?

Grâce à cette formation, j'ai acquis davantage de connaissances et de théories dans divers domaines, tels que la transnationalisation, la cybersécurité et les droits de l'homme, etc. que je n'avais pas pu acquérir lors de mes études initiales à Hong Kong. De plus, tout au long de mes deux ans et demi à Bordeaux, cela a enrichi ma vision du monde, non seulement grâce à ce que j'ai appris en cours, mais j'ai également développé mes compétences en communication interculturelle en rencontrant des amis des quatre coins du monde.

Grâce à cette formation, quel est votre projet professionnel ?

Grâce à cette formation, j'ai acquis des compétences en analyse des affaires internationales, qui ouvrent la voie à des carrières dans les organisations internationales. Cependant, personnellement, je dois encore développer ma capacité à mettre en pratique tout ce que j’ai appris, notamment la communication dans les relations internationales. J'ai donc décidé de poursuivre mes études en négociation de projets internationaux afin d'améliorer mes compétences en communication dans le domaine des projets internationaux et dans diverses langues. Grâce à ce parcours, je serais bien préparée à intégrer le marché du travail des relations internationales.

Qu’est-ce que vous retenez de vos deux années passées à Bordeaux et dans l’école ?

Ces deux années m'ont permis d'évoluer en tant que personne et en tant que professionnelle. J'ai acquis une plus grande confiance en moi et en mes capacités. Je suis désormais mieux à même de relever les défis du monde professionnel et de contribuer à un monde meilleur. De plus, j'ai développé mon endurance et mon autonomie pour faire face à toutes les difficultés et les résoudre par moi-même. Je suis reconnaissante des opportunités que j'ai eues à Sciences Po Bordeaux qui m'ont permis de m'épanouir pleinement.