Vous êtes ici :

Chaire Gilles DeleuzeMétropole, nature, démocratie

D'une durée de trois ans, cette chaire a pour vocation de produire et partager une réflexion originale sur l'articulation entre ville, participation politique et environnement.

Au vu du bilan positif des quatre premières éditions de la chaire Gilles Deleuze autour de la thématique « Métropole, nature, démocratie », la chaire se renouvelle en 2019 avec un projet triennal centré sur le sujet des nouvelles mobilités terrestres et aériennes, et sur les questions économiques et sociétales qu’elles soulèvent. La Chaire Gilles Deleuze devient "NOVAMOB" (Nouvelles mobilités - Enjeux économiques et sociétaux). En savoir plus

Partenaires et donateurs


 

Objet de la Chaire

Nécessité d’articuler métropole - nature - démocratie. Les multiples acteurs du développement des métropoles prennent aujourd’hui en compte les contraintes nouvelles du "développement durable" : exigences à la fois environnementales, sociales et économiques intégrant une perspective de long terme. S'affirme parallèlement une exigence supplémentaire : la participation directe et active des citoyens à la réflexion et à la décision. Cette double contrainte pèse aussi bien sur les pouvoirs publics que sur les acteurs privés qui collaborent à la fabrique et à la gestion de la ville.

Contexte bordelais. La Communauté urbaine de Bordeaux et les communes de ce territoire ont depuis plusieurs années engagé un travail de réflexion collective sur la ville durable : agendas 21, plans climats…La transformation de la Communauté urbaine en métropole, au 1er janvier 2015, représente une avancée majeure pour l’ensemble du territoire. Elle ouvre de nouvelles perspectives, en termes d’efficacité et d’organisation des moyens, et constitue une opportunité à ne pas manquer pour faire de l’agglomération bordelaise une métropole de référence à l’échelle européenne, capable de concilier performance économique et exigence environnementale, qualité de vie et attractivité. Pour préserver cet équilibre, la métropole s’attache à développer la participation des acteurs locaux aux grands chantiers qui sont - et seront - mis en œuvre.

Pourquoi le nom de Gilles DELEUZE ? Philosophe français, Gilles DELEUZE (1925-1995) est avec DERRIDA, FOUCAULT, LACAN ou LÉVI-STRAUSS, la figure intellectuelle française du XXe siècle la plus étudiée dans le monde, particulièrement aux Etats-Unis. Ses réflexions sur la ville, la nature et le politique en font une référence commune aux urbanistes, aux géographes, aux philosophes, aux sociologues, aux critiques d'art.

Objectifs de la Chaire

Cette chaire a pour objectif de produire et partager une réflexion originale sur l'articulation entre ville, participation politique et environnement. Deux intérêts à cela : contribuer à la réflexion collective sur la vie et le devenir de la métropole et rapprocher universitaires et société civile, experts et novices, ceux qui pensent la ville et ceux qui la font (institutions, entreprises, citoyens).

Activités & Projets de la Chaire

La chaire se propose d'accueillir chaque année, pendant une période déterminée, un enseignant, un chercheur ou un artiste, français ou étranger, dont l'œuvre s'inscrit dans le périmètre de la chaire : l’articulation entre métropole, nature et démocratie. Il s’agit de promouvoir et de faire partager un regard pluridisciplinaire (sociologique, philosophique, géographique…).Les recherches et les productions du chercheur invité seront l'occasion d'organiser autour de sa venue un ensemble d'activités rapprochant les mondes universitaire et socioéconomique :

  • Enseignements à l'Université
  • Rencontres privilégiées avec les membres du C2D et les partenaires
  • Conférences publiques sur le thème de l’année
  • Réunions avec des étudiants, des experts, dont des entreprises concernées par cette thématique, des élus, des agents des collectivités, des réseaux associatifs ou professionnels

Les invités de la chaire

→ Éloi Laurent, économiste senior et expert des questions de bien-être et de soutenabilité environnementale.

→ Mireille DELMAS-MARTY, professeur honoraire de droit au Collège de France

Cynthia FLEURY, philosophe politique

Chaire NOVAMOBNouvelles mobilités – Enjeux économiques et sociaux

Au vu du bilan positif des quatre premières éditions de la chaire Gilles Deleuze autour de la thématique « Métropole, nature, démocratie », la chaire se renouvelle en 2019 avec un projet triennal centré sur le sujet des nouvelles mobilités terrestres et aériennes, et sur les questions économiques et sociétales qu’elles soulèvent.

Nous vivons un changement d’ère, marqué par l’essoufflement des politiques de transport traditionnelles et l’émergence des nouvelles formes de mobilité : partage de véhicules et d’infrastructures, émergence de solutions technologiques novatrices. Elles ont toutes en commun d’être fondées sur le numérique nomade, qui amplifie les possibilités d’appariement entre offreurs et demandeurs de transport.

Avec l’émergence de la mobility as a service et de la sharing economy, c’est la Troisième Révolution des Transports qui s’annonce. Elle soulève des questions primordiales, dans les domaines économiques, politiques, juridiques et sociologiques. Face au bouleversement annoncé du paysage de la mobilité, la chaire NOVAMOB aborde cette thématique au prisme des Sciences Humaines et Sociales, dans une approche interdisciplinaire.

Outre la mobilisation d’un.e universitaire invité.e, la chaire prendra appui sur des travaux de recherche portés par les universitaires impliqués, ainsi que sur des actions de formation, de prospective et de partage d’expérience impliquant chercheurs, étudiants et acteurs des mobilités.

Le projet et le pilotage

La chaire vise à structurer les forces vives du territoire travaillant autour des questions de mobilité et de transports, dans une visée d’éclairage des pratiques, d’aide à la décision et de mise en réseau des acteurs.

La chaire a vocation à croiser les regards pour apporter des réponses collectives aux enjeux liés aux nouvelles mobilités terrestres et aériennes, et les partager avec le plus grand nombre. L’ambition est donc d’associer les mécènes publics et privés aux chercheurs à la gouvernance de la chaire.

La chaire sera portée par la Fondation Bordeaux Université en lien étroit avec le Forum urbain * qui coordonnera la mise en œuvre de la chaire, en appui sur un comité de pilotage associant universitaires et mécènes. Une instance de gouvernance élargie pourra également être mise en place pour associer d’autres acteurs de la mobilité souhaitant prendre une part active aux réflexions engagées.

* Centre d’innovation sociétale axé sur les problématiques urbaines et territoriales

Les missions

Trois questions transversales seront étudiées en particulier dans le cadre des travaux :

  • l’acceptabilité sociale des nouvelles mobilités et des infrastructures associées. Du réaménagement des infrastructures existantes à la création d’infrastructures légères, en passant par les conflits d’usage ou les inquiétudes sécuritaires, l’émergence des nouvelles mobilités nécessite une réflexion poussée sur l’utilité publique des différents projets, l’impératif d’intérêt général, et la conciliation des positions divergentes des différents acteurs de la mobilité.
  • la gouvernance des nouvelles mobilités, du partage des données et du respect des libertés. Le développement d’une offre intégrée de mobilité (mobility as a service) pose de nombreuses questions, souvent trop vite résumées à une opposition technophiles/technophobes. Il parait pourtant nécessaire de dépasser cette opposition, notamment en interrogeant les modalités de coopération entre acteurs publics et acteurs privés.
  • la construction sociale des marchés. Les marchés de la nouvelle mobilité, loin de se constituer spontanément, sont le résultat d’un ensemble de choix technologiques, législatifs et économiques. Ces choix, qu’ils émanent des opérateurs de mobilité ou de l’autorité publique, méritent d’être interrogés et accompagnés par une réflexion approfondie. En outre, l’émergence de « firmes-plateformes », chargées d’apparier offre et demande, est un trait caractéristique des marchés des nouvelles mobilités. Elles renvoient à un nouveau « capitalisme de l’accès » (J. Rifkin), encore peu étudié mais qui renouvelle l’approche économique traditionnelle.

L’objectif est de produire chaque année une réflexion originale sur un sujet donné par l’articulation de différents dispositifs :

  • Une programmation de conférences, tables rondes et ateliers autour d’un(e) universitaire de renom invité(e), et par la mobilisation d’étudiants et de chercheurs pour la réalisation d’études ad hoc ;
  • Des actions de formation et de prospective mobilisant universitaires, étudiants et acteurs de la mobilité (université d’été, masterclass, hackathon…)
  • Une capitalisation et une diffusion des travaux de la chaire, par des supports accessibles à une pluralité de publics (édition d’essais par les universitaires invités, interviews filmées…). Des artistes invités proposeront un regard décalé sur les travaux de la chaire pour en favoriser l’appropriation par le grand public.

Back to Top