Vous êtes ici :

Grand oral de Mémona Hintermann-Afféjeeen partenariat et dans le cadre du Festival International du Film d'Histoire de Pessac

Mémona Hintermann-Afféjee

Mémona Hintermann-Afféjee, membre du Conseil supérieur de l’audiovisuel, présidente des groupes de travail « Diversité », Jeunesse et Education »et « Affaires internationales », vice-présidente des groupes « Respect des droits et libertés » et « sport »

Amphithéâtre Montesquieu | Sciences Po Bordeaux

Dans leur premier ouvrage écrit à quatre mains, Mémona Hintermann et Lutz Krusche, (« Quand nous étions innocents », JC Lattes, 2009), Mémona rapporte qu’en feuilletant les cahiers de notes de son mari, grand reporter comme elle, une phrase d’un théologien allemand du XVIIIème siècle, F.C. Oetinger, retient son attention : « Dieu, donne-moi la sérénité d’accepter les choses que je ne peux pas changer, le courage de changer les choses que je peux changer et la sagesse de faire la différence ». Née dans une famille très modeste résidente au Tampon à la Réunion, d’un père indien musulman, Cassim Ismaël Afféjee et d’une mère créole d’origine bretonne, Mémona Hintermann qui n’a jamais fait mystère de sa foi catholique profonde, encore aujourd’hui, grandit au milieu de dix frères et sœurs. Lauréate d’un prix de l’ORTF en 1971, elle entame une carrière de grand reporter qui va la conduire dans le monde entier, sur les terrains de guerre mais aussi à la rencontre de tous les visages de l’humanité, des plus pauvres aux plus puissants. Sa route croise celle du dictateur libyen Khadafi. Elle dénoncera lors de la réception officielle de ce dernier en France, en 2007, la tentative de viol sur sa personne. Mémona Hintermann, membre du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) depuis janvier 2013, est non seulement une grande dame du journalisme, c’est aussi une témoin passionnée des soubresauts des 40 dernières années du monde.

Crédit photo : Manuelle Toussaint / CSA

Back to Top