Vous êtes ici :

École thématiquePOLARE : Politique, Laïcité, Religion

POLARE : Politique, Laïcité, Religion

ROME, Italie | 28 NOVEMBRE - 1er DÉCEMBRE 2016

Cette formation répond à la mise à l’ordre du jour politique des questions de laïcité et de régulation du culte et de l’expression de la conviction religieuse. L’actualité invite à dépasser les discours médiatiques ou politiques simplificateurs. Cette école thématique participe ainsi de la normalisation et de la diffusion de connaissances sur le religieux, qui a longtemps été un objet de recherche au statut problématique au sein des Sciences humaines et sociales. Ce projet interdisciplinaire réunit des conférencières et conférenciers spécialistes de ces questions et des participantes et participants experts ou souhaitant travailler sur ces thématiques. La formation est ouverte aux différentes disciplines des sciences humaines et sociales ainsi qu’aux professionnels confrontés à ces questions. L’école thématique offre un cadre pour une réflexion urgente et nécessaire sur les questions de religion et d’espace public, sans toutefois se focaliser exclusivement sur la « radicalisation » ou sur les mobilisations autour des questions sexuelles ou bioéthiques. Son originalité réside dans quatre dimensions : la pluridisciplinarité, l’approche par la comparaison, l’intégration du genre dans les analyses et l’ancrage empirique des recherches et réflexions proposées.

Projet financé par le programme "Attentats recherche"

Description du projet

L’école thématique est un lieu de présentation des analyses menées dans un cadre académique et des expériences de professionnels confrontés à ces questions dans le cadre de leur activité. Comment répondre aux interrogations soulevées par des politiques de la laïcité dans un contexte multiconfessionnel distinct de celui dans lequel elles ont été élaborées dans la plupart des pays européens au siècle dernier ? La notion de radicalisation, qui s’est imposée comme un référentiel de l’action publique, ne risque-t-elle pas de réduire au seul prisme religieux des processus plus complexes et d’occulter ainsi les logiques sociales et économiques à l’œuvre dans la violence commise au nom de la conviction religieuse ? Cette violence ne doit-elle pas être réintégrée dans une analyse plus globale des processus de politisation des questions et pratiques religieuses dans les sociétés méditerranéennes ?

Loin de se réduire à l’examen de l’islam, la perspective adoptée ici est comparatiste dans l’espace et dans ses objets de recherche. Ce décloisonnement participe de nouvelles approches qui s’intéressent à la religion dans sa relation avec le politique. Elle peut ainsi être saisie comme productrice de société civile, comme ressource dans une mobilisation collective ou à l’origine de répertoires d’action spécifique, dans leurs formes les plus violentes comme les plus pacifiées. Ceci permet d’appréhender les processus de politisation du fait religieux dans leur dimension sociologique et institutionnelle, mais encore de rendre compte de la manière dont des individus et des groupes sociaux interviennent dans l’espace public au nom de la religion ou au nom de la laïcité.

OBJECTIFS DE FORMATION

L’école thématique a pour but de consolider et de diffuser les connaissances sur les approches de la laïcité et des faits religieux, d’apporter des éclairages nouveaux en utilisant l’outil d’analyse du genre, de la comparaison, des approches institutionnalistes et socio-historiques. Elle confronte les savoirs scientifiques aux expériences professionnelles.

Public visé

Le public prioritairement concerné est académique (chercheuses.rs, enseignantes-chercheuses.rs et doctorantes.ts) travaillant sur ces objets de recherche ou initiant des recherches sur ces sujets.

Les professionnels non-scientifiques aux prises dans leurs pratiques avec ces questions sont également invités à participer. Cela peut aussi bien concerner des personnels des ressources humaines mettant en œuvre la charte de la laïcité dans leur entreprise ou institution que des professionnels traitant des questions de radicalisation dans leur métier, des enseignants etc.

Programme

La formation se déroulera durant quatre journées du 28 novembre au 1er décembre 2016. La première journée porte sur la laïcité comme mode de régulation de la liberté de culte. La seconde journée interroge la notion de radicalisation en explicitant les logiques sociales qui président à l’engagement violent. La troisième journée est consacrée à la notion de politisation des questions religieuses, qui a caractérisé les sociétés méditerranéennes depuis le début des années 2010. Les révoltes et mobilisations du sud de la Méditerranée ont soulevé des questions sur la place de la religion dans les sociétés et régimes politiques, comme en ont témoigna les débats sur la Constitution tunisienne. Sur la rive nord occidentale de la Méditerranée, des protestations d’inspiration catholique sur différentes questions de société (famille, sexualité, fin de vie) ont rendu visibles des groupes religieux que le paradigme de la sécularisation avait occulté. Enfin, la quatrième journée développe la dimension genrée de l’articulation entre politique, religion et laïcité.

L’École thématique en séjour résidentiel avec un hébergement sur place et des repas en commun se distingue clairement d’un colloque ou d’un séminaire : c’est un lieu d’échanges prolongés au sein de sessions de formations diversifiées. Le matin, des conférences données par des spécialistes de niveau international sont l’occasion de faire un point sur la recherche ou de discuter de concepts avec les participantes et participants. L’après-midi des séminaires participatifs sont organisés autour des présentations des participantes et participants, en présence de conférencière ou conférencier invités.

Il va de soi que les participantes et participants sont inscrits pour l’entière durée de la formation.

ORGANISATION DES JOURNÉES :

Matin : Deux conférences en « dialogue » sur le thème de la journée.

Après midi : Sessions de travail : les participantes et participants, en présence de l’intervenante.t présentent leurs recherches ou mettent en perspective leur expérience professionnelle. Chaque session de travail dure 2 heures.

Synthèse : en fin de journée, une synthèse est prévue pour établir soit des résultats provisoires, soit des états des lieux des recherches en cours.

Conférencières et conférenciers invités : 

  • Valérie Amiraux, Professeure, Département de sociologie, Université de Montréal, Chaire de recherche du Canada en étude du pluralisme religieux (CRSH) et responsable de l’équipe PLURADICAL (FRQ-SC)/ CNRS
  • Anna Bozzo, Professeure, Università Roma Tre, Dipartimento di Studi Umanistici
  • Yves Déloye, Professeur des Universités, Science Politique, Sciences Po Bordeaux/Centre Emile Durkheim et secrétaire de l’Association française de Science politique
  • Alberta Giorgi, Chercheuse, Universidade de Coimbra, Centro de Estudos Sociais, coordinatrice du standing group 'Politica e religione' de la Società italiana di Scienza politica
  • Stéphanie Hennette-Vauchez, Professeure des Universités en Droit public, Université Paris Ouest – Nanterre et Directrice du CREDOF (centre de recherches et études sur les droits fondamentaux, équipe de l'UMR 7074 Centre de théorie et analyse du droit)
  • Luca Ozzano, Ricercatore di Scienza Politica, Università di Torino et coordinateur du standing group 'Politica e religione' de la Società italiana di Scienza politica
  • Philippe Portier, Directeur d’études, École pratique des hautes études (Paris-Sorbonne) et Directeur du Groupe Sociétés Religions Laïcité
  • Olivier Roy, Professeur Institut universitaire européen, Chaire Centre Robert Schuman et département de Science Politique/Directeur de recherche CNRS/CETObaC.

 

LUNDI 28 NOVEMBRE

MARDI 29 NOVEMBRE

MERCREDI 30 NOVEMBRE

JEUDI 1er DÉCEMBRE

Thème

Laïcité et régulation du culte

Radicalisation et radicalités

Politisations religieuses

Genre, religion et laïcité

09H00-09H30

Accueil et ouverture (Della Sudda/Jesné)

Valérie Amiraux

Yann Raison du Cleuziou

Magali Della Sudda

09h30-11h15

Philippe Portier

Claire de Galembert

Luca Ozzano

Alberta Giorgi

11h30-13h00

Stéphanie Henette-Vauchez

Olivier Roy

Yves Déloye

Valerie Amiraux

13h00-14h00

Déjeuner

Déjeuner

Déjeuner

Déjeuner

 

Xabier Itçaina

Claire De Galembert

Yann Raison du Cleuziou

Magali Della Sudda

14h00-15h00

René Otayek Liban "les dynamiques contrariées d’une sécularisation dans un régime confessionnaliste"

Paul Cormier "Peut-on étirer un concept à l’infini ? La radicalisation politique et religieuse en perspective"

Alice Picard Les pratiques « islamiques », une déviance en construction ?

Solenne Jouanneau "Les imams et les jeunes mariées ou les logiques d’émergence d’une gentle patriarchy adaptées à la société française"

15h00-16h00

Philippine Proux The participation issue: study of the interactions between urban policy actors and religious leaders in a neighrborhood*  

Agnès Villechaise "Islam et critique radicale chez les jeunes descendants de l'immigration maghrébine en France"

Margot Dazey "Les entrepreneurs religieux d’un Islam observant Le cas de l’Union des organisations islamiques de France".

Céline Béraud  "la mise à l'épreuve du catholicisme dans les institutions publiques (prison et hôpital) par l'institutionnalisation de la pluralité religieuse"

16h00-17h00

Camille Foubert "Le fait religieux à l’hôpital public en France et au Québec : enjeux, gestion et pratiques autour de la religiosité des patients et applications de la « laïcité »"

Montassir Sakhi "Marges et discours islamique en France - focus sur un groupe de prédication"

Badr Karkbi "Les partis islamistes à l'épreuve du politique: Cas du Parti de la justice et du développement au Maroc"

Clôture Della Sudda/Jesné.

17h00-18h00

Elyamine Settoul "Laïcité et gestion de la diversité religieuse : le cas des armées françaises"

 Fatima Khemilat Les relations entre les autorités publiques et les représentants de l'islam en/de France. Perspectives comparées et multi-scalaire entre Paris, sa banlieue, Marseille et Nice  

Discussion et synthèse

 

18h00-19h00

Discussion et synthèse

Discussion et synthèse

 

 

Soirée

Réception à l'École française de Rome

Repas au Ditirambo

Soirée libre

 

Candidature et frais d'inscription

Pré-requis :

  • La maîtrise de l’anglais et du français est nécessaire.
  • Il n’y a pas d’autre prérequis pour participer à cette École. Une sélection préparatoire de textes sera distribuée un mois avant le début de l’École aux participantes et participants.
  • Les supports de communication des participantes et participants discutés en session thématique seront diffusés un mois à l’avance à tous les participantes et participants pour des échanges fructueux (texte ou présentation).

Candidature :

  • Envoi d’un CV d’une à deux pages maximum.
  • Envoi d’une proposition de communication de 500 mots à polare2016 @ gmail.com avant le 13 mai 2016.
  • Sélection des communications et annonce des résultats : fin mai 2016.

Frais d’inscription :

  • Doctorantes et doctorants, docteures et docteurs sans poste : 50 €
  • Académiques : 200€
  • Professionnels non-académiques : 550 €

Les frais d’inscription comprennent les repas du midi, l’hébergement à l’École française de Rome et 3 repas du soir. Ils sont donnés à titre indicatif.

Inscription : https://www.sciencesconf.org/browse/conference/confid/3171

Comité d’organisation

Responsable scientifique : Magali Della Sudda, Chargée de recherche CNRS, Centre Émile Durkheim.

Comité scientifique :

  • Claire De Galembert (Chargée de recherche, CNRS, ISP, UMR 7220).
  • Magali Della Sudda (Chargée de recherche, CNRS, Centre Emile Durkheim, UMR 5116).
  • Yves Déloye (Professeur des universités, IEP de Bordeaux/Centre Emile Durkheim, UMR 5116).
  • Xabier Itçaina (Chargé de recherche, CNRS, Centre Emile Durkheim, UMR 5116).
  • Fabrice Jesné, Directeur des Études modernes et contemporaines de l’Ecole française de Rome.
  • Yann Raison du Cleuziou (Maître de conférence, Université de Bordeaux/Centre Emile Durkheim, UMR 5116).

Comité d'organisation :

  • Claire De Galembert (Chargée de recherche, CNRS, ISP, UMR 7220).
  • Magali Della Sudda (Chargée de recherche, CNRS, Centre Emile Durkheim, UMR 5116).
  • Yves Déloye (Professeur des universités, IEP de Bordeaux/Centre Emile Durkheim, UMR 5116).
  • Fabrice Jesné, Directeur des Études pour les époques moderne et contemporaine à l’École française de Rome.
  • Xabier Itçaina (Chargé de recherche, CNRS, Centre Emile Durkheim, UMR 5116).
  • Yann Raison du Cleuziou (Maître de conférence, Université de Bordeaux/Centre Emile Durkheim, UMR 5116).

Back to Top